La C.E.E.A.C

Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale

La Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) a été créée en octobre 1983 et son Secrétariat Général mis en place en janvier 1985. Elle compte 11 États membres à savoir l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale, la RD Congo, le Rwanda, Sao Tome & Principe et le Tchad. Elle a une superficie de 6 640 600 Km² pour une population estimée à 130 millions d’habitants.

Les missions de la CEEAC sont définies au chapitre II article 4 du Traité qui stipule que le but de la «Communauté est de promouvoir et de renforcer une coopération harmonieuse et un développement équilibré et auto-entretenu dans les domaines de l’activité économique et sociale, en particulier dans les domaines de l’industrie, des transports et communication, de l’énergie, de l’agriculture, des ressources naturelles, du commerce, des douanes, des questions monétaires et financières, des ressources humaines, du tourisme, de l’enseignement, du perfectionnement, de la culture, de la science et de la technologie et du mouvement des personnes en vue de réaliser l’autonomie collective, d’élever le niveau de vie des populations, d’accroître et de maintenir la stabilité économique, de renforcer les étroites relations pacifiques entre les Etats membres, et de contribuer au progrès et au développement du continent africain».

Du fait des troubles sociopolitiques et des conflits armés dans la majorité des États membres, la CEEAC a connu une période d’inactivité de 1992 à 1998.
La relance s’est appuyée sur une volonté politique nouvelle de faire de la CEEAC un véritable pilier de coopération sous-régionale en Afrique Centrale, en conformité avec les axes et objectifs définis par l’Union Africaine. Pour être efficace, la démarche s’est voulue graduelle.

Dans la perspective de relever les défis de l’intégration, les pays membres de la CEEAC ont adopté dès 2007 un plan stratégique d’intégration, et une vision à l’horizon 2025, de faire de la région un espace de paix, de solidarité, de développement équilibré et de libre circulation des personnes, des biens et des services.
Pour la réalisation de cette vision, la Conférence des Chefs d’États et de Gouvernement de la communauté a donc décidé pour la période allant jusqu’en 2015, de retenir trois axes suivants auxquels devront se concentrer les activités de la Communauté.

Il s’agit de :

  • Paix, sécurité et stabilité, notamment le fonctionnement du Conseil de paix et de sécurité en Afrique centrale (COPAX)
  • Infrastructures, comprenant les Transports, l’Énergie, l’Eau, les Technologies de l’Information et de la Communication.
  • L’Environnement, incluant la gestion des écosystèmes du Bassin du Congo.

Ces trois axes sont complétés par (i) la consolidation de l’union douanière et (ii) la mise en œuvre de la Politique Agricole commune.