Au sein de l’opinion plane une confusion entre visite d’Etat et visite officielle. D’où la nécessité d’éclairer l’opinion sur les deux concepts, mais également sur d’autres types de visites qui sont similaires sur plusieurs points, mais avec quelques éléments les différenciant les unes des autres. 

Visite d’Etat
Elle est la plus haute forme de visite que puisse effectuer un chef d’Etat à l’étranger et se caractérise par sa solennité et son côté cérémoniel avec des aspects protocolaires magnifiant le prestige, bien au-delà des considérations d’ordre politiques ou économiques.        La visite d’Etat met en relief l’estime que se portent deux nations. 
Le pays d’accueil vise ainsi à donner à son hôte, une marque d’attention très particulière et manifester la qualité spéciale des liens existants entre eux.
On retrouve des traces de cette solennité dans l’accueil même réservé au chef d’Etat en visite à sa descente d’avion. Un ministre de haut rang ayant la préséance au sein de l’exécutif ou exceptionnellement le chef de l’Etat en personne, accueille son homologue sur tapis rouge. Les deux personnalités passent en revue un détachement d’honneur de la garde républicaine. Très souvent, des coups de canon sont tirés. Les rues et des édifices publics peuvent être décorés pour l’occasion aux couleurs du pays du chef d’Etat étranger ou décorés de son drapeau.
Des réceptions ainsi que des visites guidées sur des sites et monuments sont généralement associées pour valoriser l’estime envers le chef d’Etat étranger. 

Arrivée de S.E. Félix Tshiseked à Brazzaville en compagnie de S.E. Denis Sassou-Nguesso

Sous la deuxième République, le président Mobutu prenait ainsi soin d’inviter ses hôtes sur le majestueux navire Kamanyola et effectuait avec eux, des croisières sur le fleuve Congo. 
De nos jours, dans plusieurs démocraties, le chef d’Etat étranger est souvent convié à s’exprimer devant les chambres du Parlement réuni en congrès. Ce fut le cas de nombreux présidents français lors de visites en RDC dont le dernier en date fut S.E. Nicolas Sarkozy.

 

Visite officielle
Celle-ci concerne aussi bien un chef d’Etat qu’un chef de gouvernement étranger. Du point de vue de la solennité, elle n’égale pas le le protocole en usage pour les visites d’Etat, bien que dans certains cas exceptionnels, les autorités peuvent y donner un relief particulier en adoptant des marques cérémonielles proches de celle d’une visite d’Etat. Le rôle des ambassadeurs des deux pays est ainsi primordial pour l’élévation du cérémonial de la visite officielle pour y intégrer certains éléments et marques de courtoisie de la visite d’Etat. 
Ainsi, indépendamment de la catégorisation cérémonielle entre l’une et l’autre, plusieurs degrés de solennité sont donc possibles entre une visite officielle et une visite d’Etat.

Visite de travail
Une visite de travail est la visite d’un haut dignitaire étranger, généralement un ministre ou dans des circonstances particulières un chef d’Etat. Elle porte le plus souvent sur des contacts bilatéraux avec le gouvernement du pays hôte.
Lors d’une visite de travail, le Protocole ne prévoit pas généralement d’accueil à l’arrivée du représentant VIP. Là aussi, le pays hôte peut entourer cette visite de marques de considérations particulières, proches des visites d’Etat ou officielles, suivant la solennité qu’elle souhaite conférer à cet événement.

Visite pastorale
C’est la visite du Pape à un Etat et plus particulièrement à la population de celui-ci. Malgré toute la solennité pouvant l’entourer, elle n’est en rien une visite d’Etat. C’est au vu de ses hautes charges spirituelles que le Souverain pontife est accueilli avec beaucoup de prestige et surtout parce que le Saint-Siège, bien que n’étant pas un Etat, dispose d’une souveraineté internationale. 

Visite privée
Visite effectuée par des officiels d’un pays étranger (chef de l’Etat, chef du gouvernement, ministres) à titre privée et non dans le cadre d’une mission de représentation officielle de leur Etat. Cela n’empêche pas pour autant ces officiels, d’avoir des contacts professionnels avec les autorités de l’Etat d’accueil. Des impératifs de travail pouvant justifier des rencontres de haut rang au cours d’une visite privée.