La 49ème session ministérielle du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) a vécu. Tenue du 25 au 29 novembre 2019 à Luanda, capitale de l’Angola, les Ministres des affaires étrangères de la région se sont réunis autour du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique centrale et Chef de l’UNOCA, M. François Louncény Fall et ont échangé sur la résolution ou l’atténuation des tensions politiques ou diplomatiques entre Etats.

Prenant la parole en sa qualité de Présidente sortante du Comité, S.E. Marie Tumba Nzeza est revenue sur les grands axes de la diplomatie de bon voisinage et d’ouverture engagée par la République démocratique du Congo pour la stabilité de la Région. Elle a mis en exergue, la détente entre la RDC et ses voisins des grands lacs notamment, gage essentiel pour la pérennisation de la paix dans cette partie du continent.

S.E. Marie Tumba Nzeza a également évoqué avec ses collègues la question de l’insécurité résultant du changement climatique avec l’assèchement du lac Tchad qui a, entraîné des mouvements de population et une transhumance poussant des personnes à la recherche de conditions plus propices à s’installer en RDC avec bétail et armes ; créant des tensions avec les communautés locales au Nord de la RDC.
« Il s’agit en effet d’une des menaces les plus graves de notre temps », a expliqué le Chef de l’UNOCA. « La sous-région en subit les conséquences, comme l’atteste la situation dans le bassin du lac Tchad où des dizaines de millions de personnes ont vu leurs modes de subsistance bouleversés et leur sécurité et intégrité physique menacées par des terroristes et autres entrepreneurs de guerre », a affirmé le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations, M. François Louncény Fall.

Les Etats membres ont adopté une déclaration commune dans laquelle ils réaffirment leur détermination à lutter de manière concertée contre ce phénomène et demandé au Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et à l’UNOCA de coopérer avec les autres partenaires du système des Nations Unies pour « renforcer leur engagement dans le cadre du Comité en soutien aux efforts des Etats membres pour combattre l’impact du changement climatique sur la paix et la sécurité en Afrique centrale ».
D’autres dossiers ont été évoqués par le Comité notamment, la question de la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation en République Centrafricaine (RCA), la résurgence de la piraterie maritime dans le golfe de Guinée la montée de l’extrémisme violent et le terrorisme.

Les travaux se sont clôturés par la passation entre S.E. Marie Tumba Nzeza et son homologue angolais S.E. Manuel Domingos Augusto dont le pays accède à la présidence tournante de l’organisation pour les six prochains mois, jusqu’à la 50e session ministérielle prévue à Malabo en Guinée équatoriale durant le premier semestre 2020.